25ème congrès de l'AFPEN

Montpellier 2017

Conférence simultanée vendredi 22 septembre de 11h15 à 12h
Table ronde samedi 23 septembre de 10h 20 à 11 h 15

Catherine WEISMANN-ARCACHE

est Psychologue clinicienne,
- Psychanalyste
- Maître de Conférences (Habilitée à Diriger les Recherches )Université de Rouen .

JPEG - 17.1 ko
Catherine WEISMANN-ARCACHE

Elle est l’auteur de :
- Weismann-Arcache C. (2014). De la clinique des apprentissages à l’apprentissage de la clinique avec Rosine Debray. Psychologie clinique et Projective, 2014/1 n° 20, p. 199-211
- Weismann-Arcache C. (2014). La communication handicapée : les enfants surdoués et les enfants autistes ont-ils encore un corps ? L’autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts. Hermès, La Revue, N°68, CNRS Éditions, 82-88.
- Weismann-Arcache C.(2013). « Parents tardifs, enfant précoce ? » Assistance médicale à la procréation et haut potentiel intellectuel. Psychiatrie de l’enfant, 56(2) 467-484 PUF
-  Weismann-Arcache, C. (2013). Les mauvaises graines. Retentissement des problématiques d’infertilité sur le jeu des identifications croisées parents/enfants. La solitude des parents « auto-entrepreneurs », Dialogue,199, 33-41.
- Weismann-Arcache, C. (2012).Sublimation chez l’enfant et éducation. La sublimation selon les âges de la vie. Dans S. de Mijolla-Mellor (dir.), Traité de la Sublimation. Paris : PUF, 250-270

Icare et ses prothèses.

L’enfant « augmenté » face aux impasses de la pensée et de la transmission.

- Nous mettrons à l’épreuve de la clinique de l’enfant et de sa famille le concept de « humain augmenté » qui vise l’augmentation expansive des capacités humaines et des performances. Cette conception contemporaine est nourrie par le mythe récurrent de l’intelligence artificielle dans le contexte de la révolution numérique et de l’avènement de la réalité virtuelle.
- Le retour de l’approche défectologique, a pour conséquence la multiplication de dispositifs prothétiques humains et technologiques à l’école, ce qui impacte l’enfant et sa famille : réparer, programmer et augmenter, se substituent à soigner, apprendre et jouer.
- Si le jeu de l’enfant à la bobine est un préalable à la pensée, cette bobine peut être virtuelle et numérique et peut-elle contribuer à dérouler le fil de la pensée quand il s’agit de jeux vidéo ?
- Nous proposons de penser ensemble les aspects paradoxaux –désubjectivants et subjectivants- de ces nouvelles problématiques intersubjectives et sociétales

retour au programme du congrès