25ème congrès de l'AFPEN

Montpellier 2017

Georges COGNET

Psychologue clinicien, enseignant à l’Ecole de Psychologues Praticiens de Paris,
Expert ECPA-Pearson

JPEG - 920 ko

De l’insouciance à la dépression de l’enfant

Très longtemps, la dépression de l’enfant ne put être envisagée, tant l’enfance était associée à l’insouciance, à l’innocence, à la joie partagée.
L’expérience clinique nous amène à nous écarter de ces représentations idéalisées pour prendre en compte les enfants “tels qu’ils sont”, c’est-à-dire des êtres qui se situent à l’exact entrecroisement de leur monde interne et de leur environnement familial et culturel. Que l’un soit défaillant ou vienne à manquer durablement à sa fonction de protection et le risque dépressif, inhérent à la vie mentale, s’exprime en un mouvement dépressif.
Si, chez l’adulte, la sémiologie dépressive s’articule particulièrement autour de la perte d’intérêt et de la tristesse, pour les enfants la mélancolie est la plupart du temps absente sur le plan symptomatologique, mais semble être remplacée par l’irritabilité, la perte d’estime de soi, les difficultés de concentration, de mémorisation et d’apprentissage scolaire, les troubles des grandes fonctions (sommeil, alimentation, etc.).
Comment repérer la symptomatologie dépressive du jeune sujet et comment l’accompagner nous paraissent être deux questions essentielles que doivent se poser les psychologues de l’enfance.


Références Bibliographiques

- Auteur de :

  • Comprendre et interpréter les dessins de l’enfant, Paris, Dunod, 2011.
  • Cognet G. et Marty F., Pratique de la psychologie scolaire, Paris, Dunod, 2013.