25ème congrès de l'AFPEN

Montpellier 2017

Nadège VERRIER

Maître de conférences, Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire (LPPL), EA 4638, Université de Nantes

JPEG - 3.4 Mo

Faux souvenirs et suggestibilité chez les enfants

- Les faux souvenirs sont des constructions mnésiques déconnectées de la réalité historique. Il s’agit soit de souvenirs qui présentent des déformations par rapport à l’expérience réelle, soit de manière plus dramatique des souvenirs d’événements jamais advenus. Il importe également de distinguer les faux souvenirs spontanés, c’est-à-dire ceux générés « en interne » par notre propre système cognitif, des faux souvenirs suggérés, c’est-à-dire implantés par le biais de suggestions externes (provenant, par exemple, d’une lecture ou d’un policier). Le thème des faux souvenirs et de la suggestibilité chez les enfants a un intérêt évident dans le domaine judiciaire, plus particulièrement dans celui du témoignage et donc du recueil de la parole. Mais que savons-nous aujourd’hui ? C’est à cette question que nous tenterons de répondre en envisageant ces phénomènes dans une perspective développementale mais également en fonction des facteurs susceptibles de favoriser leur émergence (capacités mnésiques, types de question, répétition des interrogatoires…).


Références Bibliographiques

  • Avec Y Corson, Les faux souvenirs, Bruxelles, éd. De Boeck, 2013.
  • Brédart S. et Van der Linden M., Souvenirs récupérés, souvenirs oubliés et faux souvenirs, Marseille, éd. Solal, 2004
  • Ceci S.J., Bruck M. et Gottschalk M. L’enfant-témoin : une analyse scientifique du témoignage d’enfants, Bruxelles, éd. De Boeck, 1998.