25ème congrès de l'AFPEN

Montpellier 2017

Catherine BILLARD

Neurologue et pédiatre, responsable de l’unité fonctionnelle : rééducation neurologique pédiatrique de l’hôpital Kremlin Bicêtre.

JPEG - 23.3 ko

Les enfants ’dys’ entre rêve et réalité

- Ils sont au bas mot 6 à 7 %, ces enfants, préadolescents et adolescents à devoir composer avec l’hétérogénéité de leurs apprentissages. Intelligents, ils sont pour autant gênés de façon variable dans la lecture, l’écriture - orthographe et/ calligraphie, le langage oral ou les coordinations gestuelles. ils ont toujours vécu avec ces difficultés. Pour certains la reconnaissance de leurs difficultés mais aussi de leurs talents a adouci la confiance en soi. Pour d’autres, il n’en est pas de même : leurs parents, leurs enseignants, eux-mêmes sont démunis. Pourquoi ce qui est naturel pour d’autres ne l’est pas pour eux. Alors une part de rêve les inciterait à faire comme si l’en était rien, comme A. qui écrit depuis le CE2 de longs textes intelligents...mais illisibles ! On pourrait l’appeler le "rêveur". Du reste il ne veut pas entendre parler de ce nom de "dyslexie" qui l’enferme dans un statut qu’il refuse. A l’inverse son frère, également dyslexique mais moins sévèrement, est constamment submergé par la dure réalité : non ce n’est pas facile pour lui de lire les ouvrages qu’on lui demande en 6ème, de retenir les dates d’histoires, d’exprimer ses idées alors qu’à chaque mot la question de nos règles d’orthographe le remplit de doute. On pourrait dire qu’il est dans un rappel de la réalité qu’un espace thérapeutique aidera à apprivoiser. Ou mieux encore, S. résiste aux espoirs de son père qu’elle devienne architecte alors que tracer des traits lui est quasiment mission impossible du fait de sa dyspraxie. Elle réussit aussi sans trop souffrir lorsque son trouble l’amène à faire tomber son plateau repas à la cantine, ou la ralentit terriblement à la marelle. On pourrait dire qu’elle navigue aussi bien que possible entre rêve et réalité.
A partir de quelques histoires, la question de l’interaction de leur trouble sur leur rapport à la réalité est évoqué